Canicule : coup de chaud sur les salariés !

« Il fait trop chaud pour travailler », disait le célèbre slogan pour une marque de sirop. Et c’est probablement ce que vous vous dites au moins une fois par jour en ce moment (si ce n’est pas vous, c’est votre collègue). Et avec l’arrivée de l’été et des fortes chaleurs, les entreprises ont des responsabilités supplémentaires envers leurs employés.

articleImage

En période caniculaire, les dangers sont importants et les risques d’accident du travail très élevés. La déshydratation est évidemment la première cause des désagréments liés à la chaleur, et peut provoquer des crampes, des maux de tête, des étourdissements, et même des malaises. Pour y remédier, votre employeur doit mettre à votre disposition gratuitement une source d’eau fraiche, un distributeur de glaces (conseillé par nos soins mais pas obligatoire), veiller à ce que vos locaux soient ventilés, et aménager vos conditions de travail. Cela se traduit par l’adaptation des horaires (commencer plus tôt le matin, prolonger les pauses dans les heures les plus chaudes), la réduction des efforts physiques, et pour les travaux en plein air, l’aménagement d’un local à l’ombre.

Si malgré toutes ces précautions un salarié succombe à la chaleur, il peut invoquer son droit de retrait : en cas de danger grave et imminent, le travailleur peut quitter son lieu de travail sans subir aucune retenue de salaire. Non, une sudation importante n’est pas considérée comme un « danger grave et imminent ».

Gardez votre sang froid, vous avez maintenant toutes les clés en main pour éviter les coups de chaud !